logo

White heat (ou comment j’en suis venue à vouloir des sandales blanches)

besnob-nastygal-sandales-whiteIl y a quelques années encore, les chaussures blanches n’étaient pas loin d’arriver en tête du hall of fame des pires fashion faux pas du genre, dans mon panthéon à moi, hein. Plusieurs images impossibles se superposaient à la notion:

1/ Dolly Parton en mini-jupe en jean et bottes de cow-boy blanches, donc ou plutôt l’une de ses clones croisée dans une boite country de troisième zone à San Francisco (la seule m’ayant accueillie, étant mineure à l’époque).

2/ Des souliers de communiante, mineure, encore, forcément. Mais trop mineure pour porter un quelconque charme autre que de la niaiserie.

3/ Des pompes de mariée, bon , bien obligée pour assortir à la robe, me direz-vous, sauf que non, trop communiante (voir point précédent) à mon goût. Ose la couleur, quoi.

besnob-newlook-sandales-whiteBien-sûr mes convictions étaient à peine ébranlées par le port de la basket blanche. Le sneaker appartient à un autre dossier… Mais quand même, avec une tenue claire, beige, rosée, poudrée, le ver était dans le fruit, c’est vachement beau du blanc aux pieds. Ainsi j’étais mûre pour changer d’avis (il n’y a que les imbéciles, blabla, surtout en termes modesques). J’ai débuté ma rehab en louchant (sans y toucher, je regrette maintenant) sur des richelieus d’homme, tendance mafia/new wave. (Comprendre David Bowie à ses grandes heures).

besnob-sandales-nastygalDepuis que je me suis fait ce coming-out à moi-même, que la sandale blanche était super cool, bin, voilà, ça tourne à l’obsession. Mais pas à n’importe quel prix (ni forme).

besnob-sandales-newlook-ss14Voilà où j’en suis: j’ai acquis le modèle New Look ci-dessus, talon bois confort, découpes seyantes et ne les quitte quasi plus depuis. Enfin, dès qu’il y a un rayon, s’entend. A 29, 99 euros, ça se passe très bien pour une première incursion dans le monde de la chaussure blanche, merci.

Et comme dans le même mouvement, j’adopte blancheur et synthétique (oui, bon, pour des sandales, ça va, je ne suis pas brulée au 4ème degré, je vous rassure), je scrute grave ce modèle en faux serpent de chez Nasty Gal. 57 euros 32, qu’en dites-vous?

Oui c’est redondant, je l’avoue mais quand l’obsession démarre, ça ne vous fait pas ça?

The following two tabs change content below.
Elle vous raconte la mode de A à Z, sans hésiter à prendre des chemins de traverse, ne voit la vie qu’à condition d’être perchée sur des escarpins et n’oublie jamais que les vêtements sont avant tout une manière de se mettre en scène et de jouer…! Contact : marie@besnob.fr

Derniers articles parMarie (voir tous)



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

YOU MAY LIKE

Aux Charlotte

Mode et boule de gomme