logo

Gaspard et nous revient

besnob-yurkievich-ss13-homeIl y a 5 ou 6 ans, il était notre idole et la rubrique I Love Shoes était quasi trustée par ses souliers. Ensuite, et bien, ensuite: la traversée du désert. Une quasi absence (dans nos colonnes) motivée d »une part par l »évolution de nos goûts (qui du romantisme rétro a voyagé vers une modernité plus brute et/ou rock), l »apparition d »autres gourous de la chaussure à qui nous nous livrâmes pieds liés et enfin, peut-être la perte de son mojo, qui nous semblait-il, lui faisait ressasser la recette cuir noir souligné de doré jusqu »à l »overdose.

besnob-yurkievich-camel-ss13

Hallelujah, Gaspard Yurkievich nous revient avec une collection joyeuse et sophistiquée, n »ayant rien perdu de son charme années 40 ni de son savoir faire (mélange de matières et construction nickels), y ajoutant une touche de futurisme de bon aloi, se promenant dans une gamme de couleurs ténues et délicates, délaissant bling et premier degré de la chaussure de soirée. Welcome back.

besnob-gaspard-yurkievich-ss13

Les prix tournant autour des 350 € (qualité oblige), on se réjouit d »attendre de nouveau la période des soldes et de renouer avec l »obsession Yurkievich. De mon côté je prépare dès maintenant mes jupes crayon imprimées noir et blanc, mes robes dos nus et mes pochettes graphiques. Points de vente ici.

besnob-gaspard-yurkievich-chaussures-ss13

The following two tabs change content below.
Elle vous raconte la mode de A à Z, sans hésiter à prendre des chemins de traverse, ne voit la vie qu’à condition d’être perchée sur des escarpins et n’oublie jamais que les vêtements sont avant tout une manière de se mettre en scène et de jouer…! Contact : marie@besnob.fr

Derniers articles parMarie (voir tous)



2 réponses à “Gaspard et nous revient”

  1. Jennifer dit :

    Tu sais quoi, je viens de relire tous les posts sur Yurkievich qu’on a écrit et j’ai vu plein de mecs passer et de looks dans ma tête, punaise on en a des années de vie sur besnob ! love sur nous

YOU MAY LIKE

Chouette, mon sautoir !

De fille en aiguille…