logo

Intimement vôtre #concours

L’engagement absolu: musée de la catastrophe, carrière achetée par Giuliana pour l’artiste Pisani. Connaissez-vous L‘île aux morts de Böcklin?

Je serai très franche. La nouvelle exposition de collectionneurs (c’est le principe) de La Maison Rouge parait au premier abord un peu difficile d’accès, pour qui n’est pas féru d’art contemporain. Souvenez-vous, on adore ce lieu, riche et à part, au fil de leurs expos. Cette fois, ce sont les fabuleux Tommaso et Giuliana Setari dont il s’agit. Collectionneurs plus qu’impliqués dans la création italienne, le couple supporte littéralement l’art contemporain italien, reconnu ou moins visible, contexte politique (Berlusconi) faisant.

Imaginez comme il peut être compliqué, pour les artistes et pour les institutions, d’aller au delà d’un tel héritage artistique en Italie, sans aborder même les raisons politiques récentes. En gros, dès que tu passes un porche, une rue, entres dans une église le chef-d’œuvre ancien est là. Très, trop là. Quelle place pour la modernité?



Giuliana, que j’ai eu l’immense plaisir de rencontrer, n’est pas une de ces nanties qui s’intéresse à l’art avec désinvolture et pouvoir d’achat. Les moyens, ils ont: Ok. La passion, quant à elle n’est pas donnée à tout le monde, l’œil non plus, on le sait, c’est la suite de choix et d’implication personnelle. C’est la beauté de cette exposition, résidant justement dans le rapport à l’intime des collectionneurs et des artistes qu’ils soutiennent par les tripes. Des cartels nous éclairent sur le ressenti des enfants Setari (leurs parents aussi) côtoyant les œuvres dans leur maison. Qui a prêté la poupée qui lui faisait peur, qui a abimé la toile lors d’une fête d’ado, qui a vécu de manière anecdotique et passionnante la vie au milieu de ces artistes?



Ce rapport au quotidien nous permet de mieux comprendre les œuvres présentées. Une réussite.


En conclusion, j’aimerais (et n’aimerais pas, pour l’effet de surprise) vous parler du Vestibule. Ce lieu à part à La Maison Rouge nous présente des artistes pas encore très connus, émergents. Pour le coup je ne veux vous dévoiler l’univers fascinant de l’artiste invité: Benoit Huot. On est dans le vaudou, le mexicain des morts, la taxidermie, l’indien d’Inde, coloré et magique, enfin, bref, j’ai vécu un choc visuel que j’espère vous faire rencontrer. Dingue et merveilleux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Bon, les chachats, BeSnob vous offre deux fois deux places (2 X 2) pour ces splendides expositions. Laissez-moi un commentaire, et je vous choisirai vendredi prochain.

LA MAISON ROUGE
10 boulevard de la bastille
f – 75012 paris

Giuliana & Tommaso Setari, retour à l’intime, jusqu’au 13 janvier 2013

Benoit Huot, au-dessous du seuil jusqu’au 2 décembre 2012, Vestibule

 

The following two tabs change content below.
Elle vous raconte la mode de A à Z, sans hésiter à prendre des chemins de traverse, ne voit la vie qu’à condition d’être perchée sur des escarpins et n’oublie jamais que les vêtements sont avant tout une manière de se mettre en scène et de jouer…! Contact : marie@besnob.fr

Derniers articles parMarie (voir tous)



2 réponses à “Intimement vôtre #concours”

  1. mandine dit :

    moi ! moi ! moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

YOU MAY LIKE

Mauvais Esprit ?

I’ll send Asos to the world