Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/14/d268350180/htdocs/wp-content/plugins/wordpress-ping-optimizer/cbnet-ping-optimizer.php on line 533
logo

Revue de Web n°100 : Oui! Ou bien?


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/14/d268350180/htdocs/wp-content/plugins/really-simple-facebook-twitter-share-buttons/really-simple-facebook-twitter-share-buttons.php on line 538

sjp-browsHey, mais c’est la centième édition de notre revue de web hebdo! Non, bin, sinon, rien… Une semaine de septembre comme une autre ou presque, où l’on se demande si l’on prend le train panurgique du style ou bien? Etc.

Nous ne pouvons davantage passer sous silence le phénomène Patricia Blanchet. Cette créatrice de souliers, ô combien talentueuse, a vu sa côte exploser en blogosphérie.

Rappelant d’autres épisodes (un foulard léopard Kookaï en rupture de stock totale et nationale après que 3 ou 4 blogueuses en ont fait l’apologie), ce succès blogo pose un vrai dilemme. Sommes-nous prêtes malgré la haute séduction de ces boots à rentrer dans le rang comme tout le monde? Entendez: dépassera-t-on la vexation de suivre le mouvement? Est-il possible de renoncer à de si jolis modèles sous prétexte de ne pas verser dans la caricature de la blogueuse (en uniforme)? Toutes ces double négations donnant mal à la tête, on vous laisse vous pâmer (et choisir de s’en fiche tant que les boots nous plaisent). Chez Azzed, en fille menthe à l’eau qui déchire, vive la couleur. Chez Pauline, qui adule le glitter façon broadway-magicien d’Oz, vive la comédie musicale. Chez Mimnor qui souligne qu’il n’y a pas de petits hasards, vive le bordeaux grand cru. Ce dernier modèle remportant tous les suffrages chez Deedee, précisant que la blogosphère n’a jamais été arrosée de shoes P.B., vive le libre arbitre. Et chez Punky qui, c’est simple, ne quitte plus les siennes, vive la fidélité.

Repéré par le blog Juste Fais Rien (dont le nom est un enchantement à lui tout seul) un nouveau tumblr aussi inutile que monomaniaque: Celebswithnoeyesbrows. Ce que l’on peut traduire, amis fluents, par « stars sans sourcils ». Le principe en est limpide, deux photos juxtaposées d’une célébrité, l’une normale, l’autre mutante et sans poils. Ouais, peut-être que cela ne changera pas la face de votre weekend mais comme le dit JustefaisRien: « Le tout est quand même très bien foutu » (où nous lisions « le tout est quand même très bien touffu »). Ce tumblr nous donne un formidable outil de prosélytisme lorsque nous voudrons militer pour la protection du sourcil charnu et bien dessiné, contre l’épilation décharnée (et vulgairissime) de trop de nénettes alentours. Vive le poil.

« Le style ou la mode ? La mode ou le style ? » La question posée par Jeremy Scott dans un doc de Loïc Prigent semble toute bête et pourtant, quand on lit le début de réponse d’ Une Chic Fille, on a comme envie de se créer un uniforme et d’arrêter la course infernale. L’auteur fait un rapprochement avec Karl Lagerfeld qui ne nous laisse pas indifférente. Extrait : « Jeremy Scott c’est fun, mais au vu des prix de sa mode, je trouve que ça fait hyper cher la blague. Dans le « Jour d’avant » de la maison Fendi, Lagerfeld expliquait que tout ce qui était reproché à la mode était ce que lui aimait. Son mouvement perpétuel notamment. Après une sérieuse observation de Karl Lagerfeld, on ne peut que constater qu’il parle de la mode qu’il fabrique, pour les autres. Dans le cadre même de son business. Non parce qu’il ne nous la fasse pas à l’envers Karl, il est sapé tous les jours pareil depuis 10 ans. Et les 10 années précédentes, c’était plus ample, plus japonais, mais tous les jours pareil aussi. Il se réinvente, certes, mais il prend son temps. C’est comme si c’était mode pour les autres et style pour moi, non? Voilà. J’enfonce des portes ouvertes, tout le monde avait probablement réfléchi à tout ça depuis longtemps, mais d’un coup, face à la nuque longue de Jeremy Scott, ça s’est éclairé. »

Ça ne vous aura pas échappé, cette semaine le buzz vient du hacker qui a fait circuler des photos de Scarlett Johansson nue sur le Net. La nana qui fait baver tous les mecs, même ton homme a dû se rincer l’oeil en douce au bureau (pour te répondre quand tu lui demanderas s’il les a vues : « Ah oui, brièvement, elle est pas si bien » ou alors il prétendra ne pas être au courant de ce buzz. ah ah ah). Si vous n’avez pas encore vu les seins lourds et les fesses sacrées de Scarlett, découvrez-les chez Gentlemec, où l’auteur en profite pour nous donner quelques conseils. Et de préciser avec une classe folle : « À celles et ceux qui disent « mais elle a pas des si gros seins, finalement », je pense que les seins de Scarlett Johansson sont des seins Mary Poppins – un gros bonnet mais qu’en fait on dirait pas à l’oeil nu. Je mets une piécette dessus. »

Le mauvais trip de la semaine, c’est malheureusement l’annonce du décès de DJ Mehdi. En plus de désormais regarder les mezzanines en plexiglas d’un oeil méfiant, on peut également ne plus douter sur le cynisme de certains blogueurs. Le Boulevardier n’a pas hésité à se faire lyncher par une horde de fans… Il faut dire qu’émettre un jugement froid et cynique sur la vague de RIP déferlant sur les réseaux sociaux quelques heures à peine après avoir après appris la nouvelle, ce n’était pas très judicieux de sa part. Cela dit son raisonnement n’est pas complètement à jeter, mais mêler le marketing au (très frais) décès d’un artiste, franchement fallait oser ! Bref, tout ça pour dire : RIP DJ Mehdi.

Crédit photo: Celebswithnoeyesbrows

The following two tabs change content below.

besnob

Jennifer + Marie 🙂


3 réponses à “Revue de Web n°100 : Oui! Ou bien?”

  1. Miss Zaza dit :

    je suis d’accord, les chaussures de Patricia Blanchet vont faire un carton et elle le mérite !

  2. Stéphanie dit :

    j’en veux des PB.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

YOU MAY LIKE

Les Fables de Carel

Navigue à vue

Vendredi ou la nuit sauvage