Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/14/d268350180/htdocs/wp-content/plugins/wordpress-ping-optimizer/cbnet-ping-optimizer.php on line 533
logo

Revue de web n°37 : Confessions intimes


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/14/d268350180/htdocs/wp-content/plugins/really-simple-facebook-twitter-share-buttons/really-simple-facebook-twitter-share-buttons.php on line 538

journal-intime-de-zurliniOu: si tu le répètes, je te tue. Et pourtant… D’aucun déballe, s’exhibe, se livre, se donne et s’auto-fictionne sur ce support moderne qu’est le blog et qui a relégué l’exercice du journal intime sur carnet aux petites fifilles modèles des films. Thérapie, tentative littéraire, papotage sans prétention, effet miroir, constat lucide ou vie rêvée, BeSnob passe en revue, cette semaine, une sélection de blogs intimes… Dresse l’oreille, on a un truc à te raconter.

Qu’ont donc réellement les hommes en tête dès lors qu’on aborde la vie la vraie, celle qui tourne autour d’un amour perdu et du prochain à venir, qui se fait désirer et qu’on attend patiemment devant une bonne bouteille avec un ami ? DandyCandy, un trentenaire parisien, nous laisse entrer telle une petite souris dans ses pensées les plus intimes et, sans le savoir, nous aide à y voir un peu plus clair sur nos hommes, qui nous plongent bien souvent dans des questionnements sans fin. Les confessions d’un parigot (pas péteux) qui avec ses défauts et ses qualités apparaîtrait presque comme l’homme parfait. Presque, on a dit (la leçon est apprise depuis le temps : le prince charmant n’existe pas… enfin il paraît). Une belle écriture, fluide fine et sans chichis, qui émeut, touche et fait sourire, des tranches de vie et des émotions qui nous ressemblent, des sentiments qui nous consolent, bref DandyCandy l’ignore mais grâce à lui, on se sent un peu mieux après lecture de son blog.

Duel au soleil. Un blog à l’image de la chanson d’Etienne Daho : addictif. Ici, on tourne en rond comme une lionne en cage. Il y a le mari et les enfants au loin, la femme et ses désirs, ses lâchetés et ses envies de, tout près. Les instants de flottement dans une vie aux apparences bien rangée, le corps qui exige et l’esprit tourmenté, on sent un besoin de s’échapper à travers une plume et des photographies aussi belles que parfois frustrantes. Les commentaires sont fermés et l’intimité en mode autofiction ouverte. Puis quelques notes, que l’on imprime consciencieusement quelque part dans notre tête, comme la note « La tendresse ça fait aussi mal aux fesses », où nous est rappelé que lorsqu’un homme nous dit du mal d’une femme, c’est qu’il a certainement envie de la sauter. Imprimé, scanné, en tête, on s’en souviendra (la prochaine fois).

I’ll kill you, Emma Bovary est un blog qui depuis deux ans nous prend par les sentiments. La plupart du temps tout se passe à Berlin, ville où des fêtes et des béguins nous ont laissé un goût savoureux, entre solitude, coups d’amour et spleen, l’auteur, une fille, nous fait penser à nous, à nos copines, enfin à nos petites vies où on essaie de faire au mieux sans jamais vraiment avoir la sensation d’y arriver sur la durée. L’ambiance est un peu lourde si l’on est dans une phase « happy face », mais enfin pour nous, une fille qui écrit bien, raconte ses coups de gueule et sa mélancolie en arrivant dans le même temps à nous rassurer sur le fait que non, on n’est pas la seule à galérer, et bien on aime. Un petit truc nous enquiquine toutefois : il semblerait que l’auteur ait décidé d’arrêter. On n’y croit pas, on attend. On attend…

D’ailleurs une qui a failli s’arrêter et qui a en commun un état dépressif égal et libérateur, c’est Bianca d’Agitation Permanente. Ce que nous aimons sur ce blog régulier comme une montre suisse dans un hôpital de jour: le parti pris minimaliste de l’écriture et le décompte des posts comme seul titre. Glacée, glaçante, clinique, la blogueuse en est à son 603ème jour de récit (soit 3 ans d’écriture), bluffant comme un bulletin de santé quotidien au chevet d’une fille qui nous ressemble trop pour être si gravement malade, pff, comment ça va? On vous prévient, ça plombe quand même pas mal, mais citons-la, celle qui depuis 6 mois semble avoir fait une croix sur une vie d’excès tristes et solitaires et manie la plume comme l’arme à l’œil: Je crache aux autres mon équilibre et ma fierté minable. Si fière d’avoir sombré dans l’âge adulte. CQFD.

Tout autre registre, ouf, on reprend son souffle, chez la très spirituelle Simone de Bougeoir. En voiture, Simone, tu nous donnes à lire l’idée du billet dans toute sa splendeur. Oui, ici, c’est le poids des titres et le choc des mots qui nous font revenir à chaque fois. Drôle et concis comme un haïku, euh, de Sylvie Joly (seule vraie comique française devant l’éternel), on assiste, stupéfaits de rire angoissé et de connivence inquiète au récit de ces tranches de vie, juste normales. Et si poilantes. Et si VRAIES (mais on ne veut pas, chez BeSnob, tomber dans les expressions atroces, creuses et toutes faites).

Chez Nefisa du Mange-rêves, nous sommes face, chers amis, à une Belge perchée au pays du Wisconsin (USA). Savoureux, bien écrit, faussement léger (ni plombant, ni hilare), le blog doit être visité comme une pause enjouée et presque polyglotte dans ta journée (un peu) de merde. Nefisa est une sorte de fée qui vît dans un taudis à Nefisa et travaille à la Fac. Elle mate les étudiants bien gaulés et glose sur, euh, la vie en général. Nous, on trouve ça super pas mal.

Bin, oui, c’est vrai, on est gentilles aujourd’hui, mais devant la pullulation de blogs intimes, on a préféré vous parler de ceux qu’on aime, tant qu’à faire un choix.

The following two tabs change content below.

besnob

Jennifer + Marie 🙂


4 réponses à “Revue de web n°37 : Confessions intimes”

  1. Pierre-Jean dit :

    Duel au soleil, un blog qui respire le soleil du sud… si je vous le dis.
    @ +++

  2. Stéphanie dit :

    Jolie sélection.
    En régle général, je fuis ces grands déballages.
     » La vie des autres « , c’est comme la télé-réalité me laisse de glace.

  3. nefisa dit :

    Ah tiens, ça fait plaisir ! Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

YOU MAY LIKE

La tête dans le sable

Faut pas se priver

Geek en vacances