Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/14/d268350180/htdocs/wp-content/plugins/wordpress-ping-optimizer/cbnet-ping-optimizer.php on line 533
logo

Revue de web n°25 : Roue libre


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/14/d268350180/htdocs/wp-content/plugins/really-simple-facebook-twitter-share-buttons/really-simple-facebook-twitter-share-buttons.php on line 538

gettyCette semaine, c’est concept sur BeSnob, puisque nulle thématique il n’y aura pour cette revue de web estivale.
Déjà, vous êtes quasi tous barrés, ou pire, les mains dans le cambouis fringuesque de votre penderie, à hésiter entre les Pare Gabia ou les fausses K-Jacques, pour partir loin des feux de la ville.
Alors, puisque c’est comme ça, nous vous balançons nos coups de coeurs de la semaine, choisis dans une blogosphère quasi abandonnée. Let’s go pour le freestyle !

Du (vraiment) light…

L’esprit farniente de juillet endort tout le monde, la mouche tsé-tsé pique tous les blogueurs, pas de posts jubilatoires, la grève est générale. Alors on se contente de lire et relire la dernière note du Divin Connard, parce que c’est bon, comme d’habitude. Enfin ce serait tout de même sympa que la blogosphère sorte de son coma : y en a qui ne sont pas en vacances et s’ennuient ferme devant le vide des flux RSS à la pause café !

Sur le blog Il était une fois sur le web, on a droit aux 10 questions que se pose l’auteur dans la rue. Et Dieu qu’on s’y retrouve, les souvenirs encore frais de ballades en ville avec son numérique, persuadée de ramener des clichés branchouilles-arty pour son blog pour au final quatre pauvres photos de l’épicier du coin et de tomates cœur de bœuf pour seuls chefs-d’œuvre. Bref, les 10 questions que se pose une blogueuse quand elle sort de chez elle, ça sonne juste.

Le 14 juillet, complètement désoeuvrée, Simone de Bougeoir en a profité pour nettoyer ses vitres (on imagine qu’elles devaient être drôlement dégueulasses). Et puis, cette activité hautement glamour lui a fait penser au roman « le potentiel érotique de ma femme » ; roman dans lequel un personnage kiffe trop son épouse se livrant à la même activité ménagère.
Sauf que Simone était pas trop ragoûtante de l’attitude avec son jogging et son odeur suspecte de dessous de bras.
Comment ça craint !

Et puis parce qu’après tout c’est l’été et qu’il fait trop chaud pour travailler, on file mater les photos de Rumi à la laverie automatique, sur fashiontoast.
C’est qu’elle nous déprimerait presque, la belle, avec ses jambes quasi bioniques ! Alors pour un trip laundry, on va plutôt se refaire « My own private Idaho », on sera moins honteuse du cuissot, tiens !

Enfin, pour le plaisir des yeux (ou pas), nous resterons fascinés, happés, traumatisés, inquiétés par le site de cette artiste hyperréaliste mais pas trop, mettant en scène des jeunes gens (comme toi et nous) qui éventuellement auraient abusé de substances éthyliques (ou pas) en soirée, à moins que ce ne soit la belle Pascale Robert qui ne peigne et ne dessine sous acide ©.

… au (un peu) moins light

Bon à savoir en soirée lorsqu’on manque de sujets hypeux grâce auxquels on peut gagner un certain respect chez le crétin à notre droite (le pote d’un pote d’un pote) qui nous ressert une coupe : la sortie du clip Treat me like your mother de The Dead Weather.
1/ On apprendra peut-être à notre voisin l’existence de ce groupe aux membres star, en l’espèce Jack White (White Stripes), Alison Mossheart (The Kills), Dean Fertita (Queens of the Stone Age) et Jack Lawrence (Raconteurs).
2/ On laisse entendre que c’est un peu la loose à son voisin de ne pas encore avoir vu le clip, mis en ligne le 11 juillet. Un clip où l’amour et les armes sont au centre d’un duel caniculaire. Le clip est ici et le crétin de votre table in ou out.

En vacances (ou pas), il est temps de nourrir ses neurones et cette belle culture que nous étalerons le moment venu (ou pas, leitmotiv du jour).
Vous êtes nul(le)s en livres ? Vous ne bannez rien aux classiques de la littérature connue et reconnue ?
Laissez faire Felix Libris (« Si Félix l’ouvre, c’est parce qu’il a quelque chose à lire »), star internationale de lecture à voix haute. Et au gré de ses master classes, parfaitement assistées de l’oie blanche de service, redécouvrez (ou pas) la magie de Pirates de Gérard de Villiers ou encore comment lutter contre la grippe porcine grâce à Marguerite Duras. Oui, tu l’as compris, ici c’est la littérature poids très lourd, le reader indigeste qui nous fait bien marrer.

On reste dans la veine intello (si tant est perçu comme intello le seul fait d’ouvrir un bouquin) avec cette sélection de bandes dessinées et autres comics strictement réalisés par des femmes. Oui, c’est qu’on est là sur le site plutôt guerilla grrrls (comprendre féministe) Scumgrrrls. On adhère (ou pas) mais en ce qui concerne le dossier, c’est quasi exhaustif et d’excellente qualité. Du très bon, donc, loin des clichés et cases graphiquement pauvres des salauds de phallocrates.

Pour finir, Caro, sur son blog « Pensées de Ronde », revient sur l’affaire Orelsan qu’elle avait plus ou moins initiée sur le web. Orelsan, c’est ce vilain monsieur qui chante une chanson où qu’il dit « sale pute » dedans, et d’autres trucs super insultants sur nous, les femmes. Julio parlait de notre charme, lui, il a zappé la notion.
Alors du coup, comme son clip avait été plus ou moins interdit et que quelques festivaliers l’ont déprogrammé, certains ont crié à la censure, tout ça. Et le fraîchement nommé Ministre de la Culture de renchérir d’un « Rimbaud a écrit des choses bien plus violentes… »
Caro s’insurge à nouveau. On lui emboîte le pas. (Julio, reviens !!!)

Crédit photo : Getty

The following two tabs change content below.

besnob

Jennifer + Marie 🙂


Une réponse à “Revue de web n°25 : Roue libre”

  1. Stéphanie dit :

    Quelle sotte, je fais ! Où avais-je la tête le 13 juillet ? J’ai oublié de me rendre chez mon disquaire préféré pour m’empresser d’acquérir The Dead Weather.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

YOU MAY LIKE

People of Wal*Mart