logo

Boys, boys, blogs

pingooitw_mry03Pour ce deuxième rendez-vous avec la Revue de web, BeSnob a choisi d’aller enquêter chez les mâles blogueurs dits généralistes. Non, mais, oh fillette, reviens, on parle cul…

Plus exactement, on parle des blogueurs qui parlent cul de filles (et le montrent surtout). Impossible en préambule de ne pas citer OkCowboy, qui bien que masculin, oui et blogueur aussi, ne s’adonne pas, lui, à l’affichage régulier de la nudité féminine mais dresse le portrait de ses petits camarades qui le font. Vice hypocrite, cher Florian ?

Si l’on devait classer les femmes dans trois seules catégories après avoir fait le tour, à notre sauce, des blogueurs branchés pin-up et sites sexy, elles pourraient être : les chiennes plus ou moins malignes, les paumées gentilles au cul bombé et au QI d’huître et les intellos doucement vicieuses.

Prenons Mry, infatigable séducteur pince-sans-rire : chaque jeudi, le docteur ès gros nibards loloferrarisés (paix à ton âme, Barbie crustacé) donne à l’abreuvoir des images de mannequins ou actrices de second rang toutes ultra minces mais aussi ultra refaites. Ses lecteurs sont toujours très satisfaits d’avoir été aussi bien nourris. Et ils reviennent la semaine suivante, même jour, même heure. Le petit quart d’heure pute dans le camion à la lisière du bois de Vincennes, en résumé.

Ainsi chez Otto, le proxénète décomplexé de Chauffeur de Buzz, le poster à astiquage est présenté sans ambages. Parfaitement assumée, la propension aux bimbos célèbres (surtout dans leur branche) et rudement chaudasses ne connaît pas la timidité, quoique. Le classicisme cliché des mises en scène ne relève pas vraiment le niveau de la température ambiante et le riche sujet de la almost-famous-cochonne en devient absolument conventionnel. Enfin, on ne va pas là pour la créativité, hein. Y a Closer, pour ça.

Megan Shaw nous met en joie chez Geek & Cochonneries, ce dernier ayant visiblement tout compris à la tendance tartanesque sévissant depuis un an sur la blogosphère féminine.
C’est avec une certaine candeur qu’il nomme l’affaire de « tissu écossais », mais comment lui reprocher de ne pas utiliser les termes qui en jettent quand on se veut de la hype ?
Les yeux exorbités, nous bouffons l’écran. Le tartan customisé de jean cheapos et de lacets poitrinaires fait voler en éclats certaines certitudes: le carreau ne rend pas seulement moutonne, il peut se faire pute, comme notre langue…

Alors les hommes n’aimeraient que les seins en forme de pastèque ? Pas forcément.

Darkplanneur, tu sais celui qui interview Patricia Kass la future représentante de la France à l’Eurovision, semble préférer les cagoles sans seins, enfin, c’est le cas d’Amandine. Et ouvertement porn-quelque chose. Au moins, là, on n’est jamais surprises: de gentilles filles qui n’ont de borderline que la taille de leur string font des grandes confidences via vidéo sur Marilyn et la cyprine (Darkplanneur en roi de l’interview pseudo intimiste, c’est fabuleux : entre Alain Soral et Delarue père de famille) avant d’offrir un strip tease façon After Dark (les bunnies pétillantes en moins). Rasant.

Chaque jour, le généreux pornocrate Pingoo nous offre de la meuf : de la bonne, de la chaude, de la floue, de la star… Pingoo n’est pas bégueule, tout le monde va à la plage et mate avec joie les bonasses pas farouches. On pourrait lui reprocher cette overdose de bons sentiments (sic), de négliger le quali pour le quanti, certes, mais le sieur aime les femmes… Qui le lui rendent bien (les salopes). Catherine Laborde, accroche-toi bien au cumulus, Pingoo n’est pas loin de te détrôner avec son célèbre éphéméride du cul !
La pingouine du jour
, sainte qui y touche, est parfois photographiée par le maître de céans et ça, si c’est pas de l’amour, je veux bien donner mon corps en liesse à Sainte Agnès .

Les hommes n’aimeraient donc que les femmes qu’ils peuvent dominer sur le plan intellectuel ?

A en croire Chictype, peut-être pas. Cet esthète a ceci de différent qu’à préférer les bimbos et autres lost de la Porn Academy, il semble plus prompt à raidir son organe de la miction et de la copulation devant des images labellisées arty underground. Ici, pas de chatte à la dérive ni de collagène mais des jeunes femmes main dans la culotte, des Dominique Aury à lunettes nues derrière leur ouvrage de Nietzsche ou encore des paires de jambes en collants fluos s’entremêlant dans un décor punk tokyoïte. Le sexe prend une dimension véritablement unisexe.
Ne serait-ce pas une couverture pour éviter de se faire taper comme ses confrères ? Le doute plane…

Quel genre de mec n’a pas envie de jouer avec Popol en voyant s’afficher sur son écran une nana foutue comme tu ne le seras jamais ? Ton père, of course.

Sur les pages raffinées et toutes de gentry parfumées du BlackTie, le nu féminin est artistique et respectueux de l’image de la femme, puisqu’il s’agit d’un over the top model sublimissime photographié par un grand nom de la mode en noir et blanc bien lissé. Vade retro sextoy.
Ici, c’est place à la poésie et les lecteurs semblent lyriquement retournés par le… Regard de la belle plus que par ses formes aérodynamiques. Genre je ne me mouille pas, parfaitement consensuel mais chic.

C’est chez le blogueur culinaire et distingué Thierry Richard, que de bonasses, on fait son meilleur marché !
Chaque mois de l’année est fait d’une belle un peu clichée, de noir et blanc enveloppée. Sus à la vulgarité semble nous crier Thierry, ici tout n’est que luxe et volupté !

Volupté bien ordonnée qui finit presque par nous laisser sur la paille de la sensualité quand on aperçoit la belle d’octobre, Julie Gayet, pointant des micro-seins sous son pull blanc oversize. Allez, viens te faire chahuter, et pour que le plaisir revienne dans cette chronique, finalement trop léchée, on veut bien des gros seins, des gros culs…

Crédit photo : Mry.

The following two tabs change content below.

besnob

Jennifer + Marie :)


15 réponses à “Boys, boys, blogs”

  1. Charl' dit :

    Rhaaa lovely… 😉

  2. Marie dit :

    Merci Charlotte, bel hommage de la part de celle qui pense queue

  3. Pierre-Jean dit :

    Enchanté de me découvrir (pour rester sur la thématique développé dans ce billet) ici. @ +++

  4. mry dit :

    un jour, je raconterais les conditions de la photo de mon cul… un jour. Et qui l’a prise.

  5. jennifer dit :

    en tout on les aimes, tes fesses mon chéri

  6. Marie dit :

    Et le tablier? Il est chic, ce tablier.

  7. Pierre-Jean dit :

    Y a pas que Mry qui montre ses fesses…! Monsieur Blacktie aussi. rires. Mais bon il faut chercher, sinon ce serait trop simple. @ +++

  8. violette dit :

    mry, c’est un forgeron qui t’a prêté son tablier ?

    (ah ah ah)

  9. Marie dit :

    Ok, la cravate noire, parle, maintenant, on veut tout (sa)voir.

  10. Yann dit :

    Aaaah mry, tout ce qu’on aime, la baltringue à peine assumée !

  11. mry dit :

    Ah les filles, vous êtes mes muses !

  12. Damien dit :

    Et bien merci de me citer, j’aime beaucoup l’écriture de ce billet !

    Au bon plaisir de vous voir sur mon blog !

  13. Marie dit :

    Bienvenue, Damien.
    C’est écrit à 6 mains, bin, oui, c’est comme ça 🙂

  14. […] mains, si tu nous suis et a ta calculette sous la main. Lorsque nous abordâmes le sujet chaud des blogs de garçons et leur propension à vouloir déshabiller les meufs sans y toucher, mmmh, on s’est fait […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

YOU MAY LIKE

Paris, Texas